Présentation de l'Institut Régional du Travail d'Aix-Marseille Université

      

Lieu privilégié de rencontres, de réflexions, d’échanges, de coopération et de confrontation des savoirs et des pratiques entre les acteurs syndicaux et des universitaires, l’IRT est une composante d'Aix-Marseille Université (AMU). Il est cofinancé par les ministères du Travail et de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation, et bénéficie grâce à son statut d’une grande autonomie.

Un centre de formation de niveau universitaire pour les salariés syndiqués de trois organisations syndicales de la région PACA, mais aussi récemment pour de nouvelles OS dans le cadre de la formation intersyndicale.

Une équipe pluridisciplinaire d’enseignants chercheurs affectés en permanence à l’Institut, auxquels se joignent régulièrement des enseignants et des experts spécialisés extérieurs.

Un personnel administratif dont les différentes activités sont rythmées par les sessions de formation et la recherche.

Des locaux adaptés à la formation, mais aussi une possibilité d’hébergement pour les stagiaires venant des autres départements, voire d’autres régions. En effet, les stagiaires des sessions de formation syndicale et intersyndicale qui habitent à plus de 50 km du 63 La Canebière Marseille 1er peuvent bénéficier d'un hébergement dans un hôtel voisin (partenaire de l'IRT).

 

  Historique

L’IRT d’Aix-Marseille Université est l’un des dix Instituts français du Travail qui ont pour mission d’apporter une contribution universitaire à la formation des membres des organisations syndicales ouvrières confédérées (elles-mêmes co-fondatrices des Instituts du Travail).

Fondé en 1960 par François SELLIER, professeur d’économie du travail et spécialiste des relations industrielles, l’Institut était alors composante de l'Université d'Aix-Marseille II, rebaptisée Université de la Méditerranée puis devenue Aix-Marseille Université après la fusion des trois université d'Aix-Marseille.

Il s’est développé sous l’impulsion d’une équipe pluridisciplinaire, dirigée successivement par Maurice PARODI (économiste), Francis HORDERN (histoirien du Droit du Travail), Jacques GARNIER (économiste), Jean-Pierre MAINDIVE (spécisliste en Sciences de l'Éducation), Charles CADOUX (professeur en Droit Public et Science Politique), Jean RISACHER (spécialiste en Sciences de l'Éducation), Patrick BARRAU (enseignant en Droit du Travail), Mario CORREIA (sociologue du Travail, directeur du 27 janvier 2010 au 10 mars 2021).

Stéphanie MOULLET, maîtresse de conférences en Économie du Travail et de l'Éducation et chercheure au LEST, en est la directrice depuis son élection par le Conseil d'administraton le mercredi 10 mars 2021.

Cogéré avec des responsables syndicaux de la région PACA (siégeant dans son Conseil d’administration), l’IRT assure des stages et des journées d’étude qui s’adressent à des salariés syndiqués de la CFDT, de la CGT et de la CGT-FO, mais aussi d'autres organisation dans le cadre de la formation dite "intersyndicale", ainsi qu’à des représentants syndicaux élus ou désignés dans les entreprises, aux conseils de prud’hommes, aux organismes de sécurité sociale, et aux diverses instances paritaires ou de consultation au niveau régional ou national.

Les champs disciplinaires couverts sont le droit, l’économie du travail, la sociologie du travail, et la communication.

L'IRT siègeait depuis 60 ans dans la bastide du peintre orientaliste aixois Henri Emilien Rousseau. Il a déménégé le 6 janvier 2020 au 6ème étage du 63 La (Cane-Cane-Cane) Canebière à Marseille.

 

  Jalons pour une histoire de l'IRT d'Aix-Marseille Université

Nous mettons en ligne les articles rédigés en mars 2010 par Francis Hordern ("Jalons pour une histoire de l'Institut du Travail d'Aix-en-Provence") et par Jacques Garnier ("Construction de l'IRT d'Aix-en-Provence : Tensions maîtrisées, tensions fécondes") pour les Cahiers de l'Institut n°18 à l'occasion du Cinquantenaire de l'institution, car ils permettent de bien comprendre dans quel contexte ont été créés les instituts du travail en France... et plus particulièrement le nôtre en 1960. Ils expliquent le pourquoi et la nécessité de la formation professionnelle économique, sociale et syndicale et l'élargissement progressif au fil des années de cette formation à l'ensemble des Institutions Représentatives du Personnel. Ils mettent aussi en évidence l'importance conjointe de la "recherche-action" (cliquez sur les images pour télécharger chacun des deux articles) :

Francis Hordern (1929-2011), historien du droit, avait rejoint l'Institut en 1969 et l'avait dirigé de 1971 à 1978. Il avait continué à le "servir" en dirigeant les Cahiers de l'Institut de 2000 à 2010.

Jacques Garnier, économiste, a dirigé l'IRT de 1978 à 1980. Chercheur au LEST, il a été assistant puis maître de conférences à l'Institut de 1966 à 2008, et il collabore depuis cette date à nos journées d'étude et à notre revue Chroniques du Travail. Son article "Evolutions de la sous-traitance industrielle et risques au travail" a été publié dans le numéro 3 de la revue (paru fin 2013).

 

 

  La Recherche 

Initiés à partir des programmes de formation, les travaux de recherche entrepris à l’IRT permettent à leur tour de nourrir et d’enrichir ces programmes.

Espace fédérateur interdisciplinaire, l’Institut développe des réflexions transversales autour de l’ensemble des problématiques du travail et de ses évolutions. Des journées d’étude ont été organisées sur des thèmes importants d’actualité.

L'enseignement et la recherche ont toujours été étroitement liés à l'Institut en particulier parce que le Laboratoire d'Economie et de Sociologie du travail (LEST) et l’Institut Régional du Travail ont toujours été associés par un lien particulier (ils ont tous deux été fondés par François Sellier).

Depuis de nombreuses années, la plupart des enseignants de notre institut ont été chercheurs au Laboratoire : aujourd'hui Mario Correia (sociologue du travail), Stéphanie Moullet (économiste du travail) et Caroline Vanuls (juriste en Droit social) y sont rattachés.

***

À noter enfin que, grâce à l’action conjointe de Francis HORDERN, historien du droit et ancien directeur de l’Institut (M. Hordern est décédé en mars 2011) et de Patrick Barrau (ancien directeur de l'IRT), l’IRT a été de 1999 à 2010 un acteur important de la recherche historique sur le droit du travail. Un Colloque a été organisé en septembre 2000 à leur initiative sur le thème "Construction d’une Histoire du Droit du Travail" dont les actes ont été publiés dans le numéro 9 des Cahiers de l'Institut Régional du Travail.

 

  La Formation 

De durée variable selon les besoins exprimés (stages ou sessions d’étude de 2 à 5 jours), la formation dispensée à l’IRT est axée sur les problèmes du travail et du syndicalisme, dans leur environnement économique, social et juridique. Les approches universitaires sont étroitement liées aux pratiques syndicales et à leurs besoins en matière de formation de formateurs et de communication. Ainsi se construisent des enseignements "sur mesure" s’articulant sur des problématiques syndicales.


La spécificité de l’enseignement à l’IRT est qu’il donne lieu à une confrontation, puis à une synergie, entre les savoirs théoriques et techniques des universitaires et les savoirs plus concrets que les salariés retirent de leurs pratiques. Ceci explique que toutes les opérations de formation sont négociées et préparées conjointement par les enseignants et les organisations syndicales parties prenantes de l’Institut.

Sessions de formation. Alternant développements théoriques et exercices pratiques, elles permettent de transmettre aux stagiaires des savoirs et des savoir-faire dans les différents domaines abordés.

Sessions de réflexion et de recherche. Proches de la forme séminaire, elles permettent aux responsables syndicaux, en coopération avec les chercheurs et les universitaires, de faire le point et d’élaborer des problématiques sur des questions d’actualité ou d’avenir.

Une pédagogie originale et novatrice. Outre l’utilisation de moyens audiovisuels, la pédagogie bénéficie de l’expérience acquise à l’Institut et des apports des spécialistes des sciences de l’éducation.

Centrée sur "l’apprenant", elle permet de donner des réponses individualisées à la demande collective des organisations syndicales, mais aussi à celle des membres des Institutions Représentatives du Personnel.

 

  Nouvelles Orientations

  • Tout en renforçant sa mission statutaire par le développement du nombre de stages syndicaux et intersyndicaux, l’IRT a diversifié sa politique de formation. En partenariat avec la Direction Régionale des Entreprises, de la Concurrence, de la Consommation, du Travail et de l'Emploi (DIRECCTE PACA), il propose une série d’actions réservées aux membres des CSE, aux représentants du personnel et aux personnels élus chargés des questions de la formation professionnelle continue.
  • Dans le cadre d'Aix-Marseille Université (AMU) des coopérations ont été créées avec les services et composantes de notre Université, comme par exemple avec le service de formation continue d'Aix-Marseille Université (pour des formations courtes et la validation des acquis de l'expérience syndicale) et avec la Faculté de médecine (pour la formation des médecins du travail et la mise en place d'un D.U. pour les infirmiers en santé au travail).
  • Des Journées d'étude sont organisées régulièrement en collaboration avec des organismes d'Aix-Marseille Université et des organismes extérieurs dont des cabinets conseils extérieurs (LEST, CDS, Céreq, Le Haut Commissaire à l'Engagement, Fidere Avocats, Secafi, Syndex, Technologia...).

 

 

  Des "Cahiers de l'IRT"... aux "Chroniques du Travail"

        

La revue a été lancée en 1988 sur l’initiative de Charles CADOUX (directeur de l'IRT de 1986 à 1995). Elle a eu pour objectif d’apporter une contribution à l’effort de recherche dans les champs d’activité propres à l’ensemble des Instituts du Travail et à celui d’Aix-en-Provence en particulier (quand notre Institut était localisé à Aix).

19 numéros de cette première formule (1988-2010) de la revue sont parus (le numéro 8 étant composé de trois tomes). Ils ont été centrés sur l’histoire du droit du travail, sur le droit social en général, sur l’histoire sociale, sur les mutations techniques et économiques des acteurs sociaux, sur la formation professionnelle et sur les problèmes d’hygiène et de sécurité au travail. Le numéro 17 paru en septembre 2009 porte sur le l’histoire du droit du travail. Le 18 (mars 2010) a été consacré au Cinquantenaire de l’Institut. Le n°19 paru en novembre 2010 a pour titre "Évolution du Droit du Travail et Changement Social".

En décembre 2011, la revue a changé de nom pour devenir Chroniques du Travail (cliquez sur le lien pour plus de précisions sur la seconde formule de la revue de l'Institut).